Billets de netreferendum

    • Philippe Ortolan
    • Châtillon
  • Le temps est venu de se préparer aux conséquences catastrophiques du réchauffement climatique !

    Lutter contre le réchauffement climatique devient largement insuffisant, il est temps que l’humanité commence à se préparer sérieusement à ces conséquences catastrophiques du changement de climat !

    • Elles seront vraiment catastrophiques (montée des eaux submergeant les villes cotières, tempêtes, sécheresses, inondations…) et vont bouleverser la physionomie de la vie sur Terre même vue depuis l'espace.
    • Il y aura des migrations de centaines de millions de réfugiés climatiques (au cours de ce siècle et des siècles suivants) qui vont générer d’énormes tensions au sein de l’humanité. Anticiper devient vital pour limiter le plus possible le risques de conflits qui peuvent dégénérer gravement.

    Un gigantesque chantier planétaire qui durera même plusieurs siècles pour lutter contre ces conséquences, l’humanité n’en a encore jamais connu d'une telle ampleur !

    • II faudra reconstruire les villes côtières qui seront menacées ou submergées par la montée des eaux due à la fonte des glaces polaires et cela sur tout le globe, l'enjeu sera de construire des habitations entirement recyclables que l'on pourra reconstruire contrairement à ce qu'il se fait aujourd'hui avec le béton...
    • Réaménager les zones devenant inhabitables  pour les rendre habitables grâce à l’évolution de la technologie
    • Agir sur le climat pour favoriser la vie terrienne.

    Le coût se chiffrera certainement en milliards de milliards de dollars, çela reste difficilement imaginable aujourd'hui et pourtant ce sera le prix à payer réparti sur plusieurs siècles limiter ces conséquences !

    Les pays ne pourront pas d’endetter pour supporter cette charge, c’est même hors de portée de notre système financier actuel et de la population mondiale. Logiquemeent, ce serait à l'ONU de financer la survie de la vie sur Terre, seule organisation internationale réprésentant l'espèce humaine qui est la seule espèce vivante à pouvoir organiser la lutte contre ces conséquences.

    Ceci dit, ce chantier va mobiliser des milliards d'humains qui ne manqueront pas de travail vu l'ampleur de la tâche 

    Il existe des solutions que l'on peut envisager pour financer l'impensable !

    • Créer un nouveau système financier mondial basé sur une nouvelle monnaie internationale gérée par l’ONU, son objectif sera de manipuler des volumes financiers colossaux tout en maitrisant l'inflation. 
    • Taxer toutes les transactions financières dont le produit ira en priorité à l'ONU qui manque largement de moyens financiers, cette organisation doit devenir plus riche que n'importe quel pays sur Terre pour enfin peser vraiment sur l'avenir de la vie terrienne.
    • Créer une bourse du patrimoine naturel terrien, notre planète est riche car elle abrite l’habitat qui abrite la vie (elle est inestimable !), il est temps de lui donner une valeur en créant une bourse du patrimoine naturel (les océans, les fleuves, les montagnes…) qui est immortel par rapport aux humains
      • La plus grande valeur boursière actuelle vaut une goutte d’eau par rapport à la valeur de l’océan atlantique, de plus les valeurs des patrimoines naturels ne sont pas virtuelles comme pour les produits financiers actuels et leur stabilité sera largement plus conséquente.
      • La valeur globale de cette bourse du patrimoine naturel dépassera largement le cout monstrueux de cette lutte, cela donne une référence que l'ensemble des humains peut comprendre. autrement dit, cela en vaut la peine....
      • Une partie de la valeur de cette bourse reviendra naturellement à l'ONU, seule organisation internationale capable de représenter les humains, de plus la Terre lui appartient sachant qu'aucune autre espèce vivante n'est capable d'organiser cette lutte pour préserver la vie.
    • L'ONU devra supporter la plus grande partie de ce coût inimaginable, aucun pays ne peut le supporter, aucun continent également !
      • Ne pas oublier qu'elle pourra se financer dans le futur grâce à la conquête spatiale de notre système solaire car certaines planètes regorgent de ressources naturelles dont l'exploitation a énormement de potentiel.

    Plus on commencera tôt ce gigantesque chantier planétaire, plus les sacrifiques seront moins pesants pour l'humanité !

  • S'adapter aux impacts du réchauffement climatique est aussi important que de réduire les rejets de CO2 !

    Ne pas attendre pour commencer à lutter contre les impacts du réchauffement climatique  !

    L'un des plus grands fléaux actuels est le réchauffement climatique dont les conséquences néfastes sont réelles sur toute la vie sur Terre. Comment va-t-il évoluer dans les siècles à venir et quelles seront ses conséquences ?

    Personne ne peut le prédire, cela dépendra de la capacité des humains à s’adapter tout en réduisant leur rejets CO2  et de la nature qui peut aussi aggraver ces conséquences (rejets massifs de méthane dus au dégel...).

    Diminuer les rejets de CO2 ne suffit plus !

    L'important à mon avis est de ne pas se limiter qu'à la diminution des rejets CO2, il faudrait désormais anticiper ces conséquences terribles : montée des eaux, changements locaux du climat… Des centaines de millions de personnes seront impactées à terme...

    Des centaines de millions d’humains  devraient former les plus grandes migrations climatiques que l’humanité n’a encore jamais connues. La capacité d’adaptation des humains et plus généralement de la vie sur Terre fait que cela est largement possible.

    Exemple : Commencer à expérimenter des constructions immobilières amovibles, elles ont la capacité d’être démontées, transportées puis remontées. Sur ce principe, des villes entières pourraient être déplacées pour fuir les conditions de vie trop pénalisantes.

    Evidement le financement de cette adaptation aux impacts est gigantesque ! Qui peut payer ?

    Par la création d’un nouveau système financier mondial (nouvelle monnaie internationale, bourse du patrimoine naturel, taxation des transactions financières…) qui prendrait progressivement le relais de l’actuel système trop stérile pour assurer l’avenir de l’humanité.

    L’ONU seule organisation représentant tous les humains peut gérer le financement et la répartition des efforts sur plusieurs siècles.

    Cela parait complétement surréaliste aujourd’hui mais demain ? Ce qui est impossible aujourd’hui, ne l’est pas forcément demain avec l’espèce humaine…

  • Réseaux sociaux : Trop de liberté tue la liberté de disposer d'une information de qualité

    Les réseaux sociaux occidentaux sont de véritables passoires ! 

    Les réseaux sociaux occidentaux n'ont pas de frontières entre les pays qu'ils desservent, l'immigration subie de fake news est sans limite ! 

    Ces résaaux sont de véritables passoires, des manipulateurs peuvent polluer les discussions depuis l'étranger sans aucune crainte, cette absence de frontières sensée représenter la liberté est dans ce cas une atteinte à la sécurité des internautes.

    Les tentatives de manipulation lors d'élections occidentales (Angleterre, USA, même chez nous...) se sont avérées  assez efficaces (Brexit, Trump..). Des milliers de faux comptes ont manipulé les discussions politiques en relayant des fake news. On peut considérer ques toutes les élections pourraient être victimes de ces agissements aussi bien locaux qu'internationaux.

    Mais le danger vient aussi de l'intérieur avec le top du top : des personnalités politiques au pouvoir qui propagent des fake news !

    Les groupuscules diverses (souvent extrémistes) se servent des réseaux sociaux pour propager des fakes gratuitement, leur pouvoir d'influence est important car ils sont bien organisés et profitent de toutes les failles du système. Cecit dit, les réseaux sociaux progressent et luttent plus efficacement contre ce fléau, des centaines de faux comptes sont révokés régulièrement sur Facebook et Twitter.qui mettent en oeuvre des équipes d'enquêteurs de plus en plus performantes. 

    Dernièrement, Donald Trump a révolutionné le monde de la fake en propageant lui-même des fakes, du jamais vu ! Certaines de ses publications ont déjà été modérées par Facebook et Twitter qui ont pris de l'assurance dans cet exercice périlleux sachant qu'ils sont américains. 

    Mais peut-on diminuer le fléau du fake ?

    Par la fin de l'anonymat ?

    En progressant sur la qualité des profils (certification de l'identité par les autorités compétentes) et sur la traçabilité des publications (y compris l'origine géographique) peut aider les internautes à détecter les fakes. L'intelligence artificielle doit elle aussi progresser pour faire tourner des algorithmes de plus en plus performants qui faciliteront le travail des modérateurs humains toujours irremplaçables. Il faudrait une meilleure coopération entre les réseaux sociaux et les autorités de chaque pays pour certifier les profils qui ne pourraient plus être créés librement, c'est à dire sans contrôle officiel.

    Mais c'est la fin de l'anonymat supposé des internautes qui aujourd'hui peuvent encore se cacher des autres (sauf des autorités et des modérateurs) par un pseudo.

    Des frontières numériques pour se protéger de l'étranger ?

    Pas évident à utiliser, le risque de bloquer le flux "correct" est grand si l'on filtre les publications par pays émetteur et par contenu. Cette opération ne peut être que qu'automatisée vu le volume des flux à traiter, l'intelligence artificielle progresse mais n'est certainement pas encore au point pour filtrer efficacement le contenu. Pourtant, ce pourrait être un moyen efficace contre les tentatives de déstabilisation venant de l'extérieur.

    Activer la localisation géographique des publications et laisser les internautes juger de leur fiabilité ?

    Pourquoi pas ! Si l'origine géographique de la publications (posts, commentaires...) apparaissaient, les internautes auraient plus de facilités pour détecter les fakes. Des publications venant de l'étranger pour une élection nationale peut alerter les internautes quant au but recherché.

    Idem si la nationalité et la ville apparaissaient dans le profil des utilisateurs, les internautes auraient plus d'infos pour se méfier de certaines publications. Le principal obstacle à ce dispositif vient de la qualité du profil qui peut être usurpé ou contenir des infos volontairement erronées ! Qui peut vérifier si le pays affiché dans le profil est le bon ? Seules les autorités du pays en question peuvent le certifier ! Cette fonctionalité n'existe pas encore et ce pays peut même créer des vraies fausses identités.

    On a rien sans rien ! 

    Trop de liberté tue la liberté d'avoir une information fiable ! D'un autre côté, trop de sécurité tue la liberté de mouvement. Il s'agit de trouver un juste milieu où les internautes puisssent évoluer avec une sécurité acceptable. La sécurité des réseaux sociaux devient vitale surtout s'ils sont d'envergure planétaire, l'information est une arme qui ne doit pas être mise dans n'importe quelles mains car qui contrôle l'information peut largement renforcer son pouvoir. 

    L'ONU devrait avoir un rôle à jouer dans la surveillance des réseaux sociaux planétaires pour éviter qu'il ne dérivent au service d'intérêts privés (voire même nationaux), ce qui peut nuire à la qualité de l'information transmise.

     

     

     

     

  • La transition écologique passe aussi par le made in France !

    Presque un million d'emplois seront supprimés cette année à cause du COVID ! 

    L'achat de produits made in France aidera à freiner cette tendance désastreuse, mais les produits français sont généralement plus chers que leurs équivalents venant d'Asie. 
    Alors pour ceux qui peuvent consommer moins pour pouvoir consommer d'abord local, puis national, et enfin européen, ça vaut le coup d'essayer.
    Plus on fait venir les produits de loin, plus on handicape la transition écologique !

    Pour ceux qui le peuvent, consommer mieux pour faciliter la transition écologique, c'est aussi consommer du made in France ! 

     

  • Le fléau du réchauffement climatique masque celui de la surpopulation mondiale !

    Ces deux nouveaux fléaux sont une menace pour l'avenir de l'humanité !

    Ils menacent directement la survie de l'humanité et sont relativement récents par rapport à certains comme les astéroîdes, l'activité volcanique ou les pandémies. L'histoire de l'humanité ne mentionne pas vraiment comme aujourd'hui les impacts du réchauffement climatique, ou ceux de la surpopulation sur les ressources planétaires.

    La lutte contre le réchauffement climatique est à la mode en ce moment et c'est tant mieux car les premiers signes inquiétants sont visibles !

    Le fait de voir les premiers signes (fonte des glaces,dérèglement climatique...) est beaucoup plus percutant, surtout si les discours s'enchainent pour sensibiliser la population. La lutte contre ce réchauffement prend progressivement de l'ampleur sur toute la planète, le plus gros obstacle à surmonter est le manque de financement qui freine les efforts de tous les pays.

    Mais au moins, cette lutte a commencé même si elle ne sera jamais assez efficace...

    La surpopulation mondiale ne montre pas encore de signes vraiment visibles !

    C'est sûrement un sujet encore tabou contrairement au réchauffement climatique. L'humanité n'a plus de prédateurs comme dans l'histoire avec les animaux sauvages. Même les pandémies sont mieux maitrisées actuellement que du temps de la peste noire, idem pour la famine.. Reste que le plus grand prédateur est plutôt l'humanité elle-même par ses conflits internes.

    Le problème vient surtout des solutions à cette surpopulation, comment la maitriser pacifiquement ? Contrôler les naissances ? Contrôler l'espérance de vie ? Aucune des solutions n'est humainement acceptable alors que faire ?

    D'un autre côté, si l'on ne fait rien, les plus faibles vont souffrir comme c'est souvent le cas lors d'un manque de ressources. Même les plus agés dans les pays développés seront victimes de discrimination de la part des jeunes et des actifs qui ne pourront plus supporter leur poids toujours plus élevé sachant que les progrès de la science les feront vivre plus longtemps et en meilleure santé.

    D'autres impacts de la surpopulation mondiale existent comme la diminution de l'espace vital des populations, cette situation est propice à des conflits territoriaux qui vont s'aggraver avec les futures migrations climatiques. Il est grand temps de se préoccuper de ce fléau qui ne peut qu'empirer par l'inaction de l'humanité.

    Trouver des solutions mondialement acceptables prendra certainement des années, voire des décennies !

     La régulation pacifique de la population mondiale n'est pas pour demain. Mieux vaut commencer au plus tôt, l'ONU pourrait investir sur ce sujet et sensibiliser le monde entier.

    J'ai identifié une dizaine de fléaux qui menacent l'humanité dont la surpopulation mondiale qui n'est vraiment pas à sous-estimer ! Mais rien n'est perdu d'avance !