Les atouts de cette refondation

Smiley 147407 1280

L'ONU prend en charge le coût de la lutte contre les fléaux planétaires et leurs conséquences pour libérer au mieux les populations et les pays de cette énorme charge financière

L'ONU "refondée" aura d'immenses capacités de financement grâce aux richesses de l'espace qui lui appartiennent désormais

L'ONU peut emprunter à sa propre banque centrale des montants pharaoniques pour financer entièrement la lutte contre les fléaux planétaires et ainsi préserver l'humanité et la biodiversité. Ces richesses spatiales ne disparaitront pas, l'humanité a tout le temps de mettre au point les techniques d'exploitation qui permettront à l'ONU de rembourser ses emprunts grâce aux revenus de ses concessions. 

Prendre en charge les dépenses des pays concernant la diminution des rejets de gaz à effets de serre 

Les pays dépensent énormément pour relâcher le moins possible de CO2 et faire des économies d'énergie (diminution de l'utilisation des énergies fossiles dans les transports, isolation des habitations...), les subventions de l'ONU prendraient en charge toutes ces dépenses et cela pour tous les pays membres de l'ONU.

Un domaine qui pourra se développer est la captation des gaz à effets de serre dans l'atmosphère, il demande énormément de moyens financiers en recherche, en expérimentation et en construction de dispositifs industriels captant ces gaz. L'ONU pourra réaliser le financement et cela dans tous les pays où cela est judicieux.

Prendre en charge les dépenses des pays liées aux conséquences catastrophiques du réchauffement (tempêtes, inondations, sécheresses, incendies...)

Les catastrophes naturelles sont amplifiées par le réchauffement climatique et coûtent très cher aux pays et aux assureurs, l'ONU peut prendre en charge leur coût à partir du moment où elles ont un lien avec le réchauffement

Ces prises en charge seront toujours discutées et validées par vote en assemblée générale de l'ONU, ces dépenses seront pharaoniques par conséquent elles ne peuvent être décidées par un seul pays ou par un seul dirigeant sinon ce serait la porte ouverte à tout et mettrait à mal l'humanité. Seule l'Assemblée générale de l'ONU peut les valider à la majorité des votes, tous les pays sont responsables de la lutte contre ce terrible fléau. 

Constituer des flottes de centaines d'avions de lutte contre les incendies en les répartissant sur tous les continents et au plus près des zones à gros risques, les pays n'en ont pas les moyens mais l'ONU si.

Préserver le pouvoir d'achat des ménages et la dette des pays en les allégeant du fardeau du coût de la lutte contre les fléaux planétaires

Ces travaux pris en charge par l'ONU ne se font pas sur le dos des pays. Ils n'auront pas à supporter les coûts faramineux car l'ONU emprunte à sa propre banque centrale pour financer ces travaux. Ils n'auront pas à créer de la dette publique comme ils n'auront pas à rembourser l'ONU. C'est un sacré atout pour ne pas alourdir leur dette publique.

Les populations n'auront pas à subir de taxes ou d'impôts relatifs à la lutte contre les fléaux planétaires qui sont pris en charge par l'ONU. C'est évidemment une très bonne nouvelle pour les populations des pays plutôt riches, cela ne peut que favoriser la croissance si nécessaire en ces temps difficile.

Une refondation simple à mettre en oeuvre et sécurisante bien qu'elle vienne du futur

Pas besoin de technologie du futur pour mettre en oeuvre la plus grande partie de cette refondation futuriste de l'ONU !

Cette refondation se passe sur le plan politique et juridique, il existe tous les éléments pour la mettre en oeuvre rapidement. Les pays et l'ONU discutent des conditions de sa mise en oeuvre, il y aura des résolutions à voter pour la réaliser. La création d'une banque centrale et d'une monnaie onusienne est tout à fait réalisable dès aujourd'hui, elle de dépend pas d'innovations technologiques du futur.

Les emprunts de l'ONU à sa banque centrale peuvent s'anticiper bien avant leur remboursement qui commencera lors de l'exploitation sous forme de concessions des richesses spatiales dans une futur proche. Ces richesses seront toujours accessibles dans plusieurs siècles ou même millénaires, de toute façon elles ne ne bougeront pas.

Quant à l'exploitation de ces richesses, il faudra que la technologie progresse pour permettre et rentabliser cette opération à grande échelle, sachant qu'il n'y aura pas que la Terre comme client, d'autres implantations spatiales humaines auront besoin de ces richesses. Il peut être plus rentable de venir s'approvisionner dans le système solaire que depuis la Terre dont la gravité ne facilite pas les échanges.

Une refondation sécurisante même en cas de faillite surprise de l'ONU

Les populations sont rattachées à leurs pays, non pas à l'ONU. Elles ne subiront pas les conséquences directes d'une faillite qui ne devrait pas durer longtemps vu ses immenses richesses en réserve. Seul le personnel de l'ONU serait impacté le temps que l'ONU renaisse de ses cendres.

L'ONU emprunte uniquement à sa propre banque centrale, cela n'aura que peu d'impact sur le système financier, les subventions peuvent se tarir pendant le temps de sa renaissance provoquant un ralentissement de l'activité économique.

Il n'existe pas de populations rattachées directement à l'ONU comme elles le sont avec leurs pays, c'est donc sécurisant. Le seul impact serait les emplois créés par la lutte contre le réchauffement climatique, les opérations seraient stoppées et les emplois correspondant supprimés en attendant que l'ONU renaisse.

 

Enfin les pays pauvres pourront recevoir toute l'aide nécessaire pour vaincre ces fléaux

Des aides de l'ONU sous forme de subventions donc non remboursables par les pays pauvres

Ces aides de l'ONU sont sous forme de subventions, elles seront aussi bien à destination des pays riches que des pays pauvres. Le réchauffement climatique ne fait pas de différences entre les pays pauvres ou riches.

Evidemment, l'ONU ne fera pas de chèques en blanc, il y aurait certainement des centaines de milliers de contrôleurs affiliés à l'ONU qui se répartiront dans toutes les zones où l'ONU intervient pour s'assurer que les travaux financés par l'ONU correspondent bien à ce qu'il avait été prévu.

L'ONU financera la lutte contre le fléau de la pauvreté qui existe même dans les pays riches, tout le monde doit avoir de quoi se nourrir au minimum et un toit. Mais cela ne veut pas dire que la surpopulation doit s'installer et consommer trop de ressources. La Terre ne peut donner ce qu'elle n'a pas ! 

Les pays pauvres n'auront pas de contreparties d'aides à honorer, l'ONU étant par définition neutre !

Les pays les plus pauvres auront enfin des aides sans contreparties à honorer, ces aides seront neutres et désintéressées car venant de l'ONU qui n'a rien à leur vendre en retour. La raison d'être de ces aides est de préserver au mieux l'habitat et la vie qui y habite. Il n'y a pas de coalition à rejoindre en retour d'une aide de l'ONU.

Les migrations climatiques de masse pourront être limitées en préservant les espaces habitables des sécheresses et des inondations

La préservation des espaces habitables est vitale pour éviter les migrations de masse de populations humaines qui seraient source de tension liée à la cohabitation dans des espaces plus petits. L'immigration subit est toujours un problème pour les populations qui doivent partager leurs ressources et celles qui doivent quitter leurs espaces.

Ne pas oublier toutes les autres espèces vivantes qui subissent autant que les humains les conséquences désastreuses des fléaux comme le réchauffement climatique. Elles aussi devront migrer pour survivre avec beaucoup de pertes car elles ne disposent pas des capacités des humains et de leur intelligence.

Les opérations financées par l'ONU pour lutter contre ces fléaux vont générer des centaines de millions d'emplois locaux et sur une longue période

Du travail pour tout le monde et sur tous les continents

Tous les continents sont concernés par au moins un fléau, la main d'oeuvre locale est nécessaire avec les technologies adaptées pour réaliser ces travaux pharaoniques. Tous les continents disposent de main d'oeuvre sauf en l'Antarctique mais là c'est un autre problème.

Ces travaux devraient s'étaler dans le temps surtout pour une question de ressources disponibles. Il n'est pas question que ces travaux génèrent de l'inflation insupportable concernant les ressources pour les populations locales. L'ONU et les dirigeants des pays concernés affecteront des priorités à ces travaux sacahnt que le réchauffement climatique est parti pour durer, ce n'est pas un caprice du climat.

Toutes les populations locales vont y participer dans le but d'éviter trop de déplacements de main d'oeuvre étrangère qui contribueraient aux rejets de CO2.

L'ONU n'a pas pour vocation de prendre la main d'oeuvre la moins chère, son objectif est de faire travailler tout le monde avec des coûts raisonnables en relation avec les pratiques habituelles dans chaque pays. 

Préserver les espaces habitables en réalisant les travaux gigantesques nécessaires

Préserver les conditions de vie sur les espaces habitables touchés par les fléaux planétaires

Maintenir l'habitabilité des espaces est vital pour préserver toutes les formes de vie et surtout la paix entre les humains, cela peut prendre des formes diverses  : 

  • Dessaler et amener l'eau de mer dans les terres fertiles et desséchées, cela nécessite des travaux gigantesques car l'eau est bien présente sur Terre mais pas au bon endroit et en bonne quantité. 
  • Protéger ces espaces habitables du dérèglement climatique (tempètes,inondations,sécheresse...).
  • L'idée est d'éviter des migrations climatiques de masse désastreuses pour l'humanité en préservant au mieux les territoires occupés actuellement.

Cette refondation permet d'améliorer la préservation de la biodiversité des espaces internationaux

La protection des océans et mers sera largement augmentée car appartenant à l'ONU pour leur partie internationale depuis la refondation

Avec ses nouveaux moyens financiers,  la préservation des océans sera largement plus efficace car l'ONU aura la possibilité de lancer des campagnes simultanées de préservation dans toutes les eaux internationales.

S'attaquer au continent de plastique n'est pas un problème insurmontable, des centaines de bateaux peuvent être construits et affrétés pour l'ONU dans tous les pays. Dépolluer les océans et les mers est faisable à condition d'avoir les moyens et du temps également vu l'immensité des océans.

Construire des stations d'épuration afin que les eaux usées ne se déversent plus dans les océans (ou les mers) devient envisageable, il suffit que les pays qui vont les accueillir soient d'accord, cela ne devrait pas poser des problèmes car c'est dans l'intérêt de tous.

La pollution étant un fléau planétaire, l'ONU pourra aisément financer la lutte contre ce fléau

La pollution est quasiment d'origine humaine, l'humanité aura les moyens de lancer des vastes chantiers de dépollution partout sur la planète. Les coûts étant assumés par l'ONU, les populations et les pays ne seront pas pénalisées et bénéficieront d'espaces dépollués. 

De la même manière que pour la lutte contre le réchauffement climatique, des millions d'emplois locaux seront créés pour dépolluer sur tous les continents et cela prendra du temps pour nettoyer tous les déchéts de l'activité humaine. D'autre part, il faudra construire des équipements pour ne pas repolluer et les entretenir, une activité renforcée ou nouvelle pour les pays qui n'en avaient pas les moyens.

L'ONU pourra financer le développement de l'humanisme

L'ONU ne pourra rester passive vis à vis des nouvelles technologies qui deviendrait l'apanage de minorité

Trop d'écart technologique entre les populations n'est pas souhaitable pour maintenir leur diversité propice à la capacité d'adaptation de l'humanité. Pouvoir suivre les évolutions technologiques en les reproduisant sur tous les continents est un objectif commun à l'humanité. Cela ne s'oppose pas évidemment à des évolutions locales à partir du moment où le tronc reste compatible.

Seule l'ONU a la puissance financière pour construire une super intelligence artificielle capable de vérifier le comportement de toutes les autres privées ou publiques dans les communications internationales

L'intelligence artificielle peut être à la fois bénéfique et dangereuse par l'information qu'elle traite. Elle ne doit pas devenir hors de contrôle comme le capitalisme financier qui ne dispose pas de régulation planétaire. 

 

L'ONU pourra financer et encadrer la conquête de l'espace pour éviter les conflits destructeurs

L'espace possède d'immenses richesses qu'il faudra gérer afin que leur convoitise ne se transforme pas en conflit entre grandes puissances spatiales

Rien que le système solaire possède largement plus de richesses que sur Terre. Des métaux précieux ou pas, de l'énergie solaire et du gaz (hydrogène...) sont disponibles à qui sait les exploiter, il faudra attendre quelques temps avant que la technologie le permette, mais l'immense potentiel est bien présent.

L'ONU en se portant propriétaire de ce qui n'appartient à personne possèdera ces immenses richesses dont l'exploitation pourra se faire par l'intermédiaire de concessions, un principe déjà utilisé sur notre planète et qui fonctionne encore aujourd'hui entre les exploitants et les pays.

L'ONU représentante de tous les pays est la mieux placée pour attribuer ces concessions, un vote en assemblée générale s'impose pour les rendre crédibles par le fonctionnement démocratique de l'ONU. Une majorité de votes donc de pays favorables rend toute contestation difficile.

Sans ce système de concession par l'ONU, ce serait la loi de la jungle avec des conflits entre puissance spatiales qui peuvent se propager sur Terre, même un partage décidé entre puissances pionnières deviendra caduque avec l'arrivée de nouvelles qui ouvrira la porte à des conflits armés et destructeurs.

Le financement par l'ONU de sa présence autonome dans l'espace est à prendre très au sérieux ! L'ONU se doit d'être présente dans l'espace pour assurer la sécurité des implantations humaines et permettre aux pays n'ayant pas les capacités d'aller dans l'espace d'y être présents également

Il s'agit de favoriser surtout les pays n'ayant pas les capacités financières et technologiques pour accéder à l'espace, car la diversité des populations doit être représentée dans l'espace comme sur Terre pour maintenir l'agilité de l'espèce humaine.

Sans oublier que la présence de l'ONU est obligatoire à proximité des implantations humaines pour faire respecter la paix et la prospérité. L'autonomie de l'ONU sur ce sujet est importante, elle ne devra pas dépendre des pionniers de l'espace, autrement dit, elle devra financer son évolution spatiale.

Des partenariats pourront être signés avec des puissances spatiales et autres pour développer les capacités spatiales de l'ONU et par la même occasions d'autres pays qui n'ont pas les moyens de le faire.

L'ONU de par ses richesses et la puissance financière de sa banque centrale pourra créer et contrôler un capitalisme spatial et démocratique

Le capitalisme financier actuel n'est pas compatible avec les immenses richesses du système solaire, son absence de régulation centralisée et planétaire le rend hors de contrôle donc trop dangereux pour l'humanité

On en sait pas ce qu'il va se passer lors de crises financières systémiques comme celle de 2008. Ces immenses richesses ne peuvent qu'aggraver le phénomène avec des acteurs privés encore plus riches dans le futur et donc difficilement contrôlables.

Le capitalisme spatial démocratique est créé et contrôlé par l'ONU et sa banque centrale, enfin un capitalisme régulé de manière centralisée

Le caractère démocratique de ce capitalisme correspond au fait que son fonctionnement et son évolution sont approuvés par vote lors d'assemblées générales de l'ONU.

Tous les acteurs qui bénéficieront des larges subventions de l'ONU devront respecter les règles de ce nouveau capitalisme démocratique qui sera surtout alimenté par les emprunts à sa banque centrale dans ses débuts. Il ne remplacera pas le capitalisme actuel du jour au lendemain, il y aura une période de transition plus ou moins longue le temps que les acteurs s'adaptent.

La puissance financière de ce nouveau capitalisme démocratique ira en augmentant progressivement en fonction de la masse financière liée aux travaux de la lutte contre les fléaux et à la conquête spatiale. Les places de marché s'y connecteront et s'y convertiront progressivement.

v1(10/06/23),v1.1(2/09/23),v1.3(6/11/23),v.4(13/12/23)