Blog Philippe Ortolan

Regard sur les exoplanètes

Les exoplanètes sont le Graal de la conquête spatiale, une obsession dangereuse ?

Elles ne doivent pas devenir une obsession vu la distance à parcourir pour les atteindre

Ce serait de mettre en péril l'expédition si l'on n'a pas l'autonomie nécessaire pour y arriver. Ce cas peut se produire en voulant atteindre une exoplanète qui représente le Graal de toute expédition spatiale humaine car elle est sensée ressembler à la Terre. C'est tellement séduisant que l'on peut oublier l'autonomie nécessaire et mourir de faim avant d'arriver à destination.

Se focaliser sur les exoplanètes n'est pas une bonne idée si elles sont trop loin, mieux vaut se focaliser sur les conditions de vie des colonies à créer. 

Avec les sauts de puce dans l'espace que peuvent faire les humains du moins pour le moment, mieux vaut adopter un profil bas avant de vouloir aller fouler le sol des exoplanètes comme pour Proxima b (l'exoplanète la plus proche de la Terre à ce jour).

Aller sur Proxima B sans être pressé en 2,5 millions d'années !!

Ses 4,2 millions d'années-lumière qui nous séparent représentent cent mille années pour s'y rendre à la vitesse d'Apollo 11, les astronautes à l'arrivée ne seront bon que pour l'archéologie (la technologie du vaisseau aussi). C'est gonflant, sachant qu'avec notre imagination ou la science-fiction, on ne mettrait que quelques secondes en utilisant la Porte des étoiles de Stargate...

Avec ma vision de la conquête spatiale, on découpe les cent mille années en étapes de 20 ans, c'est réalisable en 5000 étapes, ce qui correspond à 5000 colonies autonomes qui se développeront chacune pendant un demi-millénaire pour avoir les ressources nécessaires pour lancer l'étape suivante. Le développement des 5000 colonies prendrait 2,5 millions d'années ce qui représentent globalement le temps pour aller sur Proxima B (le temps de trajet est devenu négligeable) à côté du développement d'une colonie autonome)

Deux millions et demi d'années et le tarif à payer dans ces conditions pour y développer la vie terrestre avec la vitesse d'apollo 11. Ceci dit l'évolution naturelle des technologies qui se fera à chaque étape grâce au partage des connaissances entre toutes les colonies et la Terre rendront les vaisseaux largement plus rapide, d'où une large augmentation de la performance et de l'autonomie. Ces évolutions  permettront de réaliser progressivement des étapes d'une distance largement plus grande pour la même durée d'où un nombre largement inférieur de colonies autonomes à créer.

Les humains iront certainement beaucoup plus vite, dans ce cas un demi-million d'années seulement pour planter le drapeau sur Proxima (en allant 5 fois plus vite qu'Apollo 11, donc moins d'étapes à faire)

Il est raisonnable de penser que les humains mettront largement moins de 2.5 millions d'années sachant que la conquête de la galaxie commencera dans un millénaire, c'est à dire après la fin de celle du système solaire. D'ici là les vaisseaux spatiaux iront beaucoup plus vite, on ne peut savoir à quelle vitesse ils se déplaceront, mais cinq fois la vitesse d'Apollo 11, et on passe de 2,5 millions à un demi-million d'années.

Par contre les humains qui s'installeront sur Proxima b seront d'une nouvelle espèce humaine pas forcement semblable à la notre (considérée comme la mère des espèces humaines extraterrestres).

 

v1(7/09/19),v1.1(15/09/19),v1.2(18/09/19),v1.3(3/01/20),v1.4(15/1/20),v1.5(8/9/21)