Blog Philippe Ortolan

La feuille de route pour la conquête de la galaxie

Quelques principes

L'écologie spatiale doit rester une priorité !

L'écologie spatiale ne doit pas être mise de côté, les vaisseaux doivent viser le zéro déchet lors de leur trajet, ainsi que les implantations humaines. Le vide qui permet d'aller à des vitesses importantes doit rester vide pour la sécurité des vaisseaux et de leurs occupants.

La pollution spatiale devient un problème de sécurité pour les vaisseaux se déplaçant très rapidement. Les réparations feront trop perdre de temps et peuvent provoquer des engorgements par l'immobilisation.

Les humains ne doivent pas naître et mourir de vieillesse durant le même trajet, ce serait trop dangereux pour leur santé mentale

Sous peine de perdre la raison et de compromettre l'objectif de la mission, un humain ne pourra passer toute sa vie à voyager, il pourra naître durant le trajet et bénéficier de l'éducation des adultes pour terminer le trajet et construire une colonie spatiale. Il pourra mourir de vieillesse à bord du vaisseau s'il embarque étant déjà relativement âgé.

Les voyages spatiaux ne pourront durer plus d'un tiers de l'espérance de vie de l'humain ! Il faut penser au retour en cas de coup dur....

Il n'est pas concevable de passer son temps à voyager, ni de laisser la destinée des humains à la merci de robots qui ne seraient réagir correctement en cas d'imprévus. L'humain doit avoir la possibilité de construire un nouvel environnement ou avoir eu pas mal de vécu avant de se lancer dans un trajet dont il ne verra pas la fin.

La Terre ne peut être le point de départ de toutes les expéditions : impossible de tout faire depuis la Terre, les humains n'ont pas la rapidité et l'autonomie suffisantes pour se déplacer comme dans la science-fiction

Impossible de tout faire depuis la Terre, d'ailleurs le Système solaire n'est pas au centre de notre galaxie qui se trouve à 27000 années-lumières. Même en se déplaçant à la vitesse de la lumière, les 100000 années-lumières ( au moins) de diamètre de la Voie Lactée rendent impossible toute exploration à l'échelle humaine.

Tant que l'on ne dispose pas de la Porte des étoiles, impossible d'avoir accès à chaque exoplanète de notre galaxie depuis la Terre.

Un trop long voyage peut finalement faire perdre du temps !

Imaginons Apollo 11 voulant aller sur l'exoplanète Proxima b sans s'arrêter, il devrait mettre 100 000 ans environ pour parcourir les 4,2 années-lumière qui séparent Proxima de la Terre. Il ne bénéficiera pas d'évolution technologique au cours de ce voyage sans interruption.

Au cours de la durée de ce voyage beaucoup d'avancées technologiques vont apparaître sur les autres vaisseaux, les plus modernes iront beaucoup plus vite et pourraient même arriver plus tôt en partant plus tard qu'Apollo 11.

 

Une expédition se prépare longuement surtout pour voyager dans l'espace !

Lancer une expédition dépend principalement de l'espérance de vie humaine (sur une base de 80 ans), de la technologie,de l'autonomie, des ressources supposées de la destination et de la performance des vaisseaux spatiaux

Par saut de puce des humains à l'échelle de la Voie Lactée, avec une longue consolidation de chaque étape pour disposer des ressources nécessaires pour progresser vers la suivante. Franchir une étape, c'est toujours procéder avec méthode car notre espérance de vie et notre technologie même améliorées resteront limitées vu les distances à surmonter surtout en milieu très hostile.

Il faut toujours pouvoir revenir à la colonie d'origine si la nouvelle s'avère être un échec.

Le cercle d'influence des humains dont le centre est la Terre va s'agrandir étape par étape, une direction pourra être plus développée que d'autres, cela dépendra des ressources trouvées, de la viabilité de la colonie et des distances à parcourir. 

Avec une autonomie d'environ 60 ans en vivres, le trajet d'une étape peut durer environ 20 ans, les 20 années suivantes pour tester l'implantation de la colonie et le restant (les 20 dernières années de vivres) pour le retour si échec 

L'expédition aura 20 ans pour réaliser l'implantation après le trajet, en cas d'échec, elle pourra retourner d'où elle vient, il se sera écoulé environ 60 ans, juste assez de vivres pour revenir si la population n'a pas trop augmenté.

 

La progression dans la Voie Lactée s'effectue par expédition comprenant la création d'une colonie autonome

Une expédition se déroule en trois parties : 20 ans maxi de voyage pour arriver à destination, puis 20 ans maxi pour réussir à s'y implanter, enfin un demi-millénaire pour développer la colonie viable (ou 20 ans pour le retour en cas d'échec d'implantation)

Cela fera une vie bien remplie pour les colons spatiaux ! Il y aura toujours des imprévus, c'est là que le cerveau des humains fera la différence par rapport à l'intelligence artificielle qui sera quand même vitale pour aider les humains dans les situations connues.

Une étape (ou une expédition avec création d'une colonie) est sans retour sauf si l'implantation est un échec

Ceux qui partiront et qui réussiront à s'implanter ne reviendront jamais, c'est la contrainte principale de ce type d'expédition. Bien évidemment il resteront en contact avec leur famille restée au point de départ.

Le demi-millénaire pour développer la colonie (déjà viable) devrait être suffisamment long pour préparer une nouvelle expédition comprenant toujours la création d'une nouvelle colonie.

L'installation d'usines spatiales (ou sur bases) d'extraction et de transformation de la matière première et l'extraction de l'énergie prendra beaucoup de temps avec tous les aléas que cela comporte. Les oasis spatiaux prendront du temps à se développer également, les arbres ne pousseront pas plus vites dans l'espace...

La construction de vaisseaux spatiaux plus rapides avec les dernières technologies arriveront en fin de cette période pour lancer une nouvelle expédition 

 

Quelles évolutions possibles ?

L'information transmise bloquée par la vitesse de la lumière ?

Selon l'avancée actuelle de notre science, ce serait le cas  ! Vu les distances à parcourir (souvent en années-lumière) entre les planètes de notre galaxie, la vitesse de la lumière n'est pas suffisante pour assurer la pertinence de l'information reçue, elle ne sera plus d'actualité une fois à destination.

Les distances au sein de notre galaxie (cent mille à un demi-million d'années-lumière de diamètre) nous limite à faire de l'observation astronomique, pas de la transmission d'information pertinente 

Cette unité qui mesure les distance montre qu'elles sont incompatibles avec la transmission d'information. Impossible par exemple de coordonner une flotte de vaisseaux galactiques à distance, le temps de réaction est trop long...

C'est un frein à l'expansion de l'humanité !

 

v1(7/09/19),v1.1(15/09/19),v1.2(18/09/19),v1.3(3/01/20),v1.4(15/1/20),v1.5(2/9/21), v1.6(8/9/21)