Blog Philippe Ortolan

Le plan PARE

Le Plan Austérité-Relance Européen (PARE) ou European Austerity-Stimulus Plan (EASP) :

La zone euro a besoin d'une relance des investissements dans son économie réelle pour lui assurer un avenir à long terme, la crise de la dette et le nombrilisme du capitalisme financier ont gravement affecté ses capacités d'investissement et donc d'innovation créatrice d'emplois

Quelques plans de relance ont déjà été mis en oeuvre entre 2008 et 2012 :

  • La France avait eu droit en 2008 a un plan de relance de 30 milliards dans le cadre d'un plan de relance européen de 130 milliards , il a fait du bien sauf peut-être pour les finances publiques…Il avait eux des effets positifs même au niveau européen, mais certainement insuffisants pour relancer durablement la croissance !
  • Idem pour le plan de relance européen de 1% du PIB européen en 2012, soit 120 milliards on ne voit pas vraiment ses effets sur l'économie 2 ans après... Un manque d'ambition ? Trop de bureaucratie européenne ? pas assez du pub ? Les trois mon général !
  • Par contre, un sauvetage réussi des banques : 1000 milliards € déjà prêtés en 2009-2010. Ce prêt gigantesque (en deux fois 500 milliards) n’a pas généré de l’inflation, ni ruiné les épargnants européens, donc la planche à billets a bien été maitrisée…Il a certainement permis de sauver les banques européennes les plus fragiles...

Il faudrait continuer en passant la quatrième !

Il s'agit de redonner confiance aux européens en l'avenir de l'Europe politique, économique et sociale, elle servira d'union protectrice de nos intérêts communs face aux grandes puissances comme les USA où la Chine !

 

Mon constat : 

Globalement peut mieux faire !

Pas vraiment de stratégie économique européenne visible au niveau populaire :

  • il nous manque un ministre européen de l'économie responsable de l'application de la politique d'un conseil européen de stratégie  économique
  • Mon sentiment est que l'on ne sait pas trop où l'on va, d'où la peur grandissante de l'avenir.
  • Il manque gravement de grands projets européens...
  • L'Union européenne avance, mais pas assez vite ! La BCE devrait se mettre au service de ce ministère européen de l'économie pour financer ces grands projets.

Le manque de moyens de la Banque Européenne d'Investissement  (BEI)

  • Un autre canal d'investissement sans passer par les banques classiques est vital pour relancer l'économie européenne, la BEI manque de moyens malgré son augmentation de 40% depuis 2012 (exemple 8 milliards de prêts en 2013 pour la France...) ! Mais cela reste une goutte d'eau par rapport au PIB européen !

La France n'a plus les moyens de se lancer seule dans un grand plan d'investissement

  • Le pays est trop endetté avec une dette publique approchant en 2015 les 100% du PIB, cela risquerait de casser la confiance des investisseurs en augmentant trop l'endettement sachant que la croissance durable n'est pas envisagée...
  • Ceci dit, d'autres grands pays européens sont dans le même cas ! L'espagne , l'Italie...

 

Le contenu

Le financement du plan PARE avec le soutien de la BCE et sa création de monnaie :

  • Seule la banque centrale européenne avec la création de monnaie peut crédibiliser ce plan massif d'investissement.
  • Les banques commerciales créent environ 95% de la masse monétaire, les banques centrales le restant, c'est trop peu ! Il est grand temps que la BCE renverse la vapeur...

Un montant conséquent et fortement symbolique d'au moins  : 1000 milliards

  • La zone euro est encore crédible en terme de prêt conséquent, sa monnaie n’est pas une monnaie de singe, c’est pourquoi on pourrait prêter 1000 milliards d’€ réservés aux investissements des pays de la zone euro sur cent ans à 0,01 % .
  • Presque 200 milliards pour la France en suivant le critère de la population!!!
  • Destinataire : l'économie réelle européenne exclusivement, cette fois-ci, ce sera bien l’économie réelle qui va en profiter et non pas le système bancaire encore trop contaminé par le capitalisme financier…

Un système européen de coordination des investissements : la BEI par exemple

  • Evidemment je simplifie, mais il faut garder la simplification des instances européennes en ligne de mire pour rendre plus performant le déblocage des fonds...
  • La BCE a largement les moyens de financer ce nouveau système bancaire réservé aux investissements
  • Ne pas passer par le système bancaire actuel, pour vraiment favoriser les investissements à moyen et à long terme et non la spéculation...

Les contreparties : le retour à l'équilibre des finances publiques

  • maintenir l'austérité dans les dépenses publiques de fonctionnement , il faut toujours viser l'équilibre dans les pays de la zone euro

Négocier avec les instances européennes les conditions de ce plan et sa gouvernance

  • Assurer le suivi par la mise en place d'une commission  "Plan PARE" qui se basera sur des tableaux de bord pour mesurer en permanence les impacts positifs et négatifs des investissements.
  • La répartition des investissements ne sera pas aisée ! Mais c'est l'intérêt de tous de s'entendre rapidement...

Le digital nous permet de mieux maitriser l'inflation qu'il y a 30 ans.

  • Si les progrès numériques de la Finance ont été fulgurants en quelques années, on peut réutiliser cette intelligence pour mailtriser les prix et éviter que cet afflux de fric dans l'économie réelle ne provoque une forte dévaluation de la monnaie.
  • Il s'agit de régler le débit de la pompe à fric en fonction des indicateurs, le temps de réaction peut être rapide presque à l'image du trading hyperfréquence ! 

 

Quelques observations :

Le retour à l'équilibre des finances publiques par l'austérité sera beaucoup plus acceptable par la population

  • Les gouvernements pourront investir dans pénaliser leur dette publique à condition que cela reste compatible avec les conditions de ce prêt.
  • L'austérité est plus facilement acceptable si des investissement à long terme sont réalisés !

De grands projets et chantiers pourront voir le jour dans les domaines où l'Europe n'est pas suffisament présente...

  • Pouvoir concurrencer les grands multinationales non européennes : l'arrivée de ce prêt pourra faire naitre des multinationales européennes pour occuper le terrain ou l'Europe était absente, l'implantation de celles-ci se négociera entre les pays de la zone euro...

Economie : Risque d'inflation et de création de bulle (surinvestissement dans un secteur d'activité)

  • Pas d'impact si l'on fait attention à l'inflation et à la formation de bulle industrielle ou immobilière, la cellule de suivi devra réagir rapidement si des dérives sont constatées localement.
  • Répartir les investissements dans tous les pays et dans tous les domaines est vital si évidemment la formation de la main d'œuvre le permet.
  • Maitriser l'inflation est vital sinon les petits épargnants vont se retrouver ruinés, la tension sociale va monter...

 Politique : la tentation du clientélisme et de l'abandon du retour à l'équilibre des finances publiques

  • Mais attention, la tentation de faire du clientélisme existe fortement : ll ne faudra pas sortir du chemin tracé par la commission européenne et ne pas distribuer du fric à ceux qui manifestent le plus.
  • La proximité d'élections nationales augmente ce risque dans tous les pays, ouvrir les robinets de la pompe à fric avant les élections est une vieille technique qui n'a pas sa place ici...

Retour au menu précédent

v1.7 (21/09/2014),v1.8(31/03/15), v1.9(16/09/15)