Blog Philippe Ortolan

Quelques réformes nécessaires

Voici quelques réformes que je qualifierais de politiquement incorrectes et sans tabou, pourquoi ?

Je demande simplement des efforts aux Français ! Mais cela me semble inévitable pour redresser l'économie du pays et revenir à l'équilibre des finances publiques.

Malheureusement la France ne peut s'en sortir seule à l'heure de la mondialisation, elle aura besoin de la zone euro et de sa création monétaire, de belles négociations en perpectives avec nos amis européens , mais c'est à mon avis le seul moyen d'exister durablement face à des puissances économiques comme la Chine et les USA...

 

Le social :

Le pays n'a plus les moyens de se payer ce niveau de protection sociale pour le moment  ! Il faut réduire les dépenses le temps de retrouver une croissance durable, cela passe aussi par une refondation du marché du travail.

Quelques axes de réformes sociales réduisant notre protection, elles ne sont pas évidentes à faire passer :

  • Réduire les dépenses de santé tout en encadrant  des industries pharmaceutiques, il est temps de se poser des questions sur l'augmentation de l'espérance de vie car la France vieillit et les dépenses de santé des retraités augmentent... Mais humainement je n'aime pas ça !
  • Redresser la France est l'affaire de tous !  Même les retraités sont concernés, ils devront faire des efforts pour ne pas compromettre l'avenir de leurs petits-enfants et pourquoi pas le droit de mourir dignement à partir de 80 ans ? Je n'aime pas ça aussi mais aura-t'on vraiment le choix dans quelques années ? 
  • Réduire légèrement toutes les aides sociales diverses et revoir notre politique de natalité ! A quoi ça sert de faire trop de gamins si c'est pour alimenter le chômage des jeunes ?
  • Diminuer les charges sociales des entreprises et redynamiser le marché du travail, pas évident de trouver les bons réglages ! Trop réduire les charges sociales des entreprises pèsera sur le pouvoir d'achat des salariés donc sur la croissance, pas assez impactera la compétitivité des entreprises donc également la croissance...

Redonner un peu de pouvoir d'achat aux ménages, c'est possible  ! Cela compense un peu les sacrifices sociaux à faire  !

  • Principalement quatre domaines clés (l'alimentation de base, le logement, le transport et les énergies) représentent globalement les dépenses incompressibles des ménages.
  • Il est difficile pour les ménages de comprimer ces dépenses, surtout pour les plus pauves, il reste à l’Etat de faire un peu d’interventionnisme pour les contrôler ou les réguler.

 

L'économie :

Où se trouve la croissance durable qui permettrait d'équilibrer nos finances publiques et d'assurer les investissements nécessaires à la compétitivité de notre économie ?

Je ne l'ai pas encore trouvée, je l'attends toujours depuis le début des années 2000 !

Ne jetons pas la pierre sur tous les gouvernements de gauche ou de droite qui se sont succédés, les méthodes classiques ne donnent pas suffisamment de résultat pour contrer la mondialisation et les dérives du capitalisme financier.

Voici quelques réformes économiques sorties de mon imagination débridée :

  • Orienter le comportement des clients , je veux dire des consommateurs pour les pousser aux achats de produits locaux en priorité, les entreprises relocaliseront pour s'adapter aux besoins de leurs clients, ce n'est pas plus compliqué que cela et pourtant !!
  • C'est aussi leur faire comprendre que la consommation de masse est dépassée, qu'il vaut mieux acheter moins pour favoriser des produits locaux souvent plus chers.
  • Commencer à maitriser les gains de productivité que la Finance a tendance à vouloir voler au détriment de l'innovation et des investissements à long terme, il faudrait plus de transparence et de nouveaux indicateurs affichant le rapport innovation sur rentabilité.
  • Quant à la Finance, elle a perdu la tête et les pays sont obligés de s'endetter pour sauver leurs banques, on peut renforcer la régulation et aussi mettre en place un système bancaire parallèle pour booster les investissements dans l'économie réelle.

 

Tenir les dépenses publiques :

Le retour à l'équilibre des finances publiques : C’est mon plus vieux objectif, ( déjà en 2008), ça reste toujours vrai pour l’avenir de mon pays , il faut inverser la tendance car plus de 40 ans de déficits publics génèrent de mauvaises habitudes dont il est difficile de se débarrasser par la suite…

Il n'existe pas 36 solutions sans augmenter les impôts, il faut réduire les dépenses publiques avec plus de flexibilité dans le statut des fonctionnaires pour mieux moderniser les trois administrations (Etat, Territoires et Santé)

Les privatisations ne sont pas forcement une bonne solution pour maintenir la qualité et la sécurité du service public.

 

La démocratie consultative : ou comment réformer efficacement en France ?

Exemplarité,plateforme de consultation des électeurs, tableau de bord de la France...

Renforcer l'exemplarité car réformer en profondeur nécessite plus de crédibilité de nos responsables politiques, nous n'en prenons pas le chemin pour le moment, la montée des extrèmes le prouve !!

Soumettre chaque réforme "dure" à  la plateforme de consultation des 47 millions d'électeurs, elle est la clé de voute pour bénéficier de leur ressenti et ainsi pouvoir dégager une majorité (silencieuse) capable de supporter cette réforme par rapport à la minorité qui manifeste dans la rue son mécontentement ! L'enjeu est de faciliter l'application des réformes...

Le tableau de bord numérique de la France informera les Français sur la santé de leur pays, il rassemblera les principaux indicateurs dans une présentation simple et donc compréhensible par tous. Ce tableau devrait aider les Français à mieux comprendre les enjeux des réformes.

 

La politique extérieure : l'Europe indispensable à la France !

La France ne peut vivre isolée face aux grandes puissances comme les USA ou la Chine, la France a besoin de l'Europe ou au moins de la zone euro pour bénéficier de la puissance économique de ses 330 millions d'habitants.

La zone euro a besoin de plan de relance financé par la BCE , la France ne peut plus le faire elle-même sans aggraver son endettement déjà très élevé !

  • Retrouver une croissance durable ne peut se faire sans un plan de relance de la zone euro pour son économie réelle, il s'agit de financer les investissements et l'innovation...
  • Cela n'empêche pas de continuer le retour à l'équilibre des finances publiques.

 

Une réforme globale : le paquet croissance durable 

Le paquet croissance durable est un puzzle de réformes qu'il faut assembler correctement pour retrouver une croissance durable, il agit sur les domaines de l'économie, du social et de la politique, on n'est évidemment pas dans le cadre d'une politique à la petite semaine...

Un ensemble de réformes coordonnées pour plus d'efficacité, il est clair que l'on n'agit pas sous le coup de l'émotion, mais plutôt dans la consultation planifiée des Français avec l'aide de nouveaux outils démocratiques formant la "démocratie consultative".

Pourquoi ? Certaines réformes demanderont plus de souplesse dans la règlementation comme celle du marché du travail , d'autres demanderont un interventionnisme de l'Etat plus poussé face à la spéculation.

D'autres demanderont une évolution du comportement des Français surtout dans leur mode consommation pour faciliter la relocalisation de la production en France et en zone euro.

Ce sera difficile ! C'est sûr, mais c'est jouable..

 

Promouvoir le capitalisme fédérateur :

C'est l'internationalisation du "paquet croissance durable", la plupart de ses principes peuvent être appliqués par les pays à tendance libérale.

Il remplacerait de façon avantageuse le capitalisme financier car les investisssements et l'innovation à long terme seront privilégiés par rapport à la profitabilité à court terme.

La mondialisation ne serait pas remis en cause, mais aurait un visage différent avec des échanges de produits plutôt personnalisés contrairement à ceux standardisés à outrance qui respectent la productivité et la rentabilité à court terme.

Retour au menu précédent

 v2.1 (21/09/14), v2.2 (30/03/15), v2.3(19/09/15), v2.4 (2/06/17),v2.5(09/08/17)

Catégories

  • Le social

    Le système social français est devenu trop cher par rapport à l'état de notre économie !

    Si j'étais vraiment riche, je dirais qu'il y en a trop de social ! Si j'étais vraiment pauvre, je dirais qu'il n'y en a toujours pas assez !

    Je dirais tout simplement qu'il n'est plus adapté à économie de mon pays face à la mondialisation ! Alors garder le même niveau de protection sociale tout en réduisant son coût serait l'idéal...

    Je crois que l'on ne peut pas tout avoir car la France a perdu la bataille de l'innovation et de l'investissement face à l'Asie qui concurrence directement nos produits !

    Cecit dit, le contexte du capitalisme financier qui met en avant la rentabilité à très court terme avec tout ce qui va avec (l'instantanéité de la compétitivité et du profit) va plutôt nous plomber en trouvant que le pays ne se réforme pas assez vite ! Il faut vraiment sortir de cette spirale infernale !

    Quelles pilules à faire prendre aux Français ?

    Le plan "Refondation du travail", c'est redynamiser le marché du travail et réduire son coût :

    Leur dire la vérité et surtout les associer à la réduction de leur confort social !

    Le plan "Refondation du Travail" va s'atteler à la redynamisation du marché du travail et à la réduction du coût du travail, une tâche gonflante pour les salariés mais vitale pour la compétitivité de nos entreprises et par ricochet pour nos emplois.

    • Renforcer l'agilité professionnelle et la formation des salariés, revenir aux 40 heures payées 35 et j'en passe ! Que du bonheur en perspective !
    • Malheureusement il faudra bien passer par là !

    C'est pas tout ! Faudra aussi réduire les dépenses sociales de façon à ne pas compromettre le retour à l'équilibre des finances publiques...

    Améliorer la compétitivité des entreprises passe par la réduction des charges sociales, le problème est que la France ne peut plus s'endetter pour compenser ce manque à gagner pour financer notre protection sociale.

    Quelques exemples :

    Le plan "Retraite responsable"

    • Le plan Retraite responsable : Les retraités doivent participer à l'effort de la nation pour redresser la barre, tout le monde est concerné,pas seulement les actifs qui ne pourraient pas à eux seuls supporter le fardeau.

    Le plan "Aides sociales responsables"

    • Le plan Aides sociales responsables lui va réduire légèrement les aides sociales diverses comme les allocations familiales et les aides aux logements, cette réforme est dure car c'est une réduction de l'assistanat, il revoit également notre politique de natalité...

    Le plan "Eco santé"

    • Le plan Eco santé : il s'agit de réduire les dépenses de santé tout simplement tout en essayant de préserver le capital humain (surtout les jeunes et les actifs).

    On peut compenser partiellement la réduction des dépenses sociales en maitrisant mieux les dépenses incompressibles des ménages

    Maitriser ces dépenses est vital pour dégager du pouvoir d’achat aux Français, l’Etat doit faire un peu d’interventionnisme pour contrôler ces quatre principaux secteurs qui ne peuvent être laissés librement dans les mains du capitalisme financier.

    Les plans MDIM (Maitrise des Dépenses Incompressibles des Ménages) vont compenser partiellement la perte du confort social engendré par les plans précédents (Refondation du Travail,Retraite responsable,Aides sociales responsables)

    Quatre principaux secteurs sont concernés :

    Le plan "MDIM logement"

    • Le plan MDIM logement: Il s'agit d'encadrer le loyer et du prix de vente du m² sur le territoire (sauf cas particuliers), l'objectif principal est de dégager du pouvoir d'achat en limitant le coût du crédit (ou du loyer) à 20% des revenus mensuels du ménage.

    Le plan "MDIM alimentation"

    • Le plan MDIM alimentation : renforcer la traçabilité dans tous les cas et l'encadrement des prix et des marges pour certains type de produits alimentaires, cela permettra d'afficher des prix raisonnables  pour ceux dont le pouvoir d'achat est faible.

    Le "plan MDIM énergie"

    • Le plan MDIM énergie : ce secteur est stratégique pour le pays, son encadrement par l'Etat est requis (nationalisation ou plutôt réglementation sévère), l'Europe a également un rôle vital à jouer pour peser face aux grandes puissances.

    Le plan "MDIM transport"

    • Le plan MDIM transport : L'Etat reprend la main sur les sociétes de transport ayant un monopole national (SNCF) ou local (RATP...) , de concessions d'autoroute sur le territoire nécessite un encadrement serré sur les investissements et sur le prix du km facturé aux Français

    Retour au menu précédent

    v1.3 (21/09/14), v1.4(18/09/15), v1.5(09/08/17)

  • L'économie

    Redynamiser l'économie française n'est pas une chose aisée ! Cela mérite quelques sacrifices...

    On ne peut pas attendre tout sur un plateau, la croissance ne reviendra pas toute seule avec le retour de la confiance des Français, c'est con de dire ça mais c'est mon avis !

    Le petit commerce souffre et les centres-villes se désertifient, les produits "lowcost" innondent le marché et sont de plus en plus standardisés pour réduire leur coût de fabrication. Les grandes surfaces poussent à la consommation déraisonnable et enfin l'arrivée d'internet bouleverse toutes les habitudes de consommation.

    Ca fait déjà beaucoup !

    On y rajoute la mondialisation, la désindustrialisation, le manque chronique d'investissement (et d'innovation) pour maintenir notre avance technologique, résultat nos entreprises souffrent par manque de compétitivité...

    On terminera par la Finance qui vole une grande partie des gains de productivité et pète les plombs en faisant des bulles systémiques  !

    Bref, notre économie patine !  La croissance durable qui permettrait de rembourser nos dettes et de maintenir notre confort social est mal engagée...

    On pourrait passer la quatrième (voire la sixième) mais cela implique un changement de comportement de la part du client (ou du consommateur)

     

    Adaptons notre comportement, le client est roi, il possède le seul bon levier pour pousser les entreprises à changer de direction !

    Le plan ConsoLoc : ici, on va favoriser le petit commerce au détriment des grandes surfaces, mettre en avant l'origine, soutenir la personnalisation des produits et enfin refonder le mode de consommation pour pousser les consommateurs à privilégier d'abord les produits locaux...

    Le plan IndusLoc : Relocaliser une industrie par pole d'activité devient possible avec une personnalisation poussée des produits et des acheteurs capables de moins consommer pour acheter des produits locaux souvent plus chers... L'aide de la banque d'investissement européenne sera impérative pour réindustrialiser la zone euro et miser sur l'innovation.

    Le plan productivité : les gains de productivité au service de la profitabilité nuisent gravement à l'innovation durable ! Plus de transparence au niveau des entreprises permettra d'évaluer son niveau de productivité, le pacte "Productivité Compétitivité Rentabilité" serait signée par les entreprises désireuses de faire la différence et de s'attirer des clients. 

    Le plan REFIN : maitriser les outils de la finance (trading hyperfréquence,vente à découvert,produits dérivés...)pour la rendre plus raisonnable et surtout enlever le risque systémique qui impose aux états de s'endetter pour sauver les banques... Pourquoi pas un système bancaire parallèle pour financer l'économie réelle et ses investissements massifs à long terme ?

    Retour au menu précédent

    v1 (18/09/15)

     

  • Les dépenses publiques

    Depuis 2008, j'ai toujours été préoccupé par le déficit public chronique !

    Il faut inverser la tendance car plus de 40 ans de déficit public génèrent de mauvaises habitudes dont il est difficile de se débarrasser par la suite…

    J'avais imaginé mon premier plan d'austérité, le plan "Valmy" capable de sortir mon pays de cette spirale infernale de l'endettement, voici la dernière version qui tient un plus compte de l'environnement économique et social, par exemple si on baisse trop la rémunération des 6 millions de fonctionnaires, cela peut impacter la consommation donc la croissance du pays ! D'autre part, réduire le nombre des fonctionnaires en mettant une partie au chômage oblige à l'Etat de participer à l'assurance chômage donc le coût n'est pas nul pour l'Etat.

    Cela n'empèche pas la modernisation du statut pour plus de flexibilité et donc le redéploiement de moyens...

    Comme la bataille de Valmy, le plan "Valmy Secteur public" parait impensable au premier coup d'oeil et pourtant !

    Le plan Valmy secteur public  , c'est moderniser les trois secteurs public, l'Etat, les Territoires et la Santé en vue de réduire les dépenses publiques sans trop pénaliser la qualité du service public...

    C'est aussi plus de transparence sur le fonctionnement et les moyens, sans oublier que l'emploi à vie ne sera plus assuré sauf pour ceux qui risquent leur vie !

    Il n'est pas question ici de privatisation à outrance, ni de brader le service public pour en faire des vaches à lait du capitalisme financier à l'image des concessions d'autoroutes, l'interventionnisme de l'Etat doit rester d'actualité.

    Les investissements liés à cette modernisation seront pris en charge par la Banque europenne d'investissement comme pour les autres pays, mais cela reste à mettre au point avec les autres états membres de la zone euro…

    Retour au menu précédent

    v1.3 (21/09/14), v1.4(18/09/15)

  • L'Europe indispensable à la France

    La politique européenne est vitale pour la France et aussi pour ses réformes.

    La France ne peut seule rivaliser économiquement contre des géants comme la Chine et les USA...La France a donc besoin de l'Europe et de développer sa cohérence, son avenir est très fortement liée à la zone euro.

    Sans la BCE et l'euro, nous serions certainement déjà en mauvaise posture pour emprunter sur les marchés...Bref, nous avons besoin d'un Europe forte comme elle a besoin de pays européens en bonne santé !

    Une coordination économique européenne est vitale pour assurer l'avenir à moyen et à long terme de l'Europe, les grands groupes industriels se doivent d'adopter une stratégie européenne avant une stratégie mondiale...

    L'Europe politique progresse trop lentement , le danger n'est pas écarté !

    • Mais c'est encore trop long, les résultats ne sont pas aux rendez-vous face à la violence de cette crise économique  et de l'austérité pas forcement inutile qui a suivi...
    • La Grèce a été sauvée mais pour combien de temps ? Le QE de 1100 milliards et le plan Juncker arrivent enfin , tard peut-être mais enfin quand même ...
    • Une situation grave pour l'avenir de l'Europe : le résultat des élections européennes 2014 n’est pas vraiment en faveur de l’Europe dans son état actuel , trop de vote pour les partis nationalistes
    • La victoire de partis nationalistes en France , en Angleterre et au Danemark montre à quel point l'Europe a déçu économiquement et ne protège pas suffisamment les Européens...
    • A part les Allemands qui semblent se contenter de sa forme actuelle, le rejet a été moins fort chez eux !

    Le plan PARE (Plan D'Austérité-Relance Européen) est une planche à billet doublée d'un plan d'austérité pour la zone euro

    • Le plan PARE est nécessaire, la France avait eu droit en 2008 a un plan de relance , il a fait du bien sauf peut-être pour les finances publiques…
    • Aujourd’hui, la France n’a plus les moyens de refaire la même chose, elle serait pénalisée par les marchés financiers en agissant seule… c’est au niveau de l’Europe (ou plutôt de la zone euro) que l’on peut relancer les investissements donc la croissance.
    • Les banques avaient déjà eu deux prêts de 500 milliards,  il n'y a pas très longtemps...
    • Ceci dit ,la zone euro a progressé en 2015, le nouveau QE de 1100 milliards lancé par la BCE et les 315 milliards du plan Juncker devraient donner un ballon d’oxygène...
    • Mais ce dernier compte trop sur l'effet de levier, un principe propre au capitalisme financier, pas sûr que les capitaux privés suivent pour des investissements non rentables à court terme !
    • Alors pourquoi pas au moins 1000 milliards d'euros au moins pour l'économie réelle de tous les pays de la zone euro...

    Promouvoir encore plus l'image de l'Europe :

    • Actuellement, la zone euro n’a pas la bonne image qu’elle devrait avoir, on le voit avec la poussée des partis extrémistes lors de la dernière élection européenne.
    • Malheureusement, ce phénomène s’est amplifié, les résultats d’élections nationales (Grèce et France …) le prouvent..
    • L'europhobie se développe, il faut l'arrêter en expliquant le rôle de la zone euro et en motivant les Européens, " l'Union européenne fait la force" 

    Retour au menu précédent

     v1.4(21/09/14),v1.2(08/12/14), v1.3(31/03/15), v1.4(16/09/15)