Blog Philippe Ortolan

Archives

Quelques sujets qui pourront servir de matière première à mes réformes ! En respectant les codes politiques actuels, mes idées sont comme un plat d'artichauts, il en reste plus dans l'assiette à la fin du repas qu'avant de le commencer...

Ma devise  : une autre façon de faire de la politique sans langue de bois, sans tabou et sans le  "politiquement correct"...

 

Retour au menu précédent

v1 (26/12/14),v1.1(20/09/15),v1.2(16/02/16),v1.3(10/08/17)

Catégories

  • La démocratie consultative

    Redonner de la confiance en l’avenir aux Français passe aussi par l’amélioration de la crédibilité des partis et de leurs personnalités politiques, en 2015 au moins deux tiers des Français ne leur font pas confiance pour redresser le pays !

     

    La faute à qui ? Aux élites politiques ? Aux Français ? Au deux ?

    • Trop facile de pointer du doigt les élites ! Ma position irait plutôt vers la courroie de transmission usée entre le peuple et leurs élites… Faut la renouveler car la confiance en l’avenir ne passe plus !
    • Dans ce contexte, tout gouvernement (droite, centre ou gauche) aura beaucoup de mal à réformer en profondeur surtout quand les manifestants se font entendre !
    • Quid de la majorité silencieuse ? Est-elle écoutée ou plutôt ignorée au profit de la minorité qui manifeste ?
    • Quid de l'efficacité des réformes de modernisation du pays dans ce contexte de défiance où les électeurs ont tendance à se tourner vers les extrèmes politiques ?
    • Que va devenir le pays si les Français divorcent de leurs élites dirigeantes ?
    • Pourtant les Français aiment la politique (pas leurs dirigeants), peut-être ont-ils besoin d'être davantage consultés sur les réformes pour mieux les accepter ?

    Bref, la démocratie française a besoin d'évoluer pour redonner la confiance des Français en leurs dirigeants, il faut innover !

     

    Developper de nouveaux outils visant à améliorer le fonctionnement de notre démocratie :

    La révolution de l'informatique et des télécommunications permettent la création de nouveaux outils démocratiques impossibles à imaginer il y a tout juste 10 ans ! C'est possible , il suffit d'y mettre les moyens et surtout d'avoir la volonté politique de les développer.

    Un tableau de bord numérique de la France rassemblant tous les indicateurs pertinents concernant la santé du pays.

    • L'objectif principal est de comprendre le contenu des réformes proposées aux Français et de suivre la méteo de la France. 
    • Ce tableau de bord numérique serait simple et compréhensible par tous, il rassemblerait les indicateurs économiques et sociaux du pays qui resteraient pertinents.
    • On en peut pas tout expliquer aux Français avec seulement quelques indicateurs : croissance, PIB, déficit...
    • Il regrouperait également quelques notions globales (fonctionnement de l'Etat, économie, social) pour également mieux comprendre le contenu des réformes.

    Faire évoluer le fonctionnement de notre démocratie vers une "démocratie consultative"

    • Impliquer davantage les Français dans l'élaboration des réformes structurelles me semble vital pour assurer leur succès, mais cela ne veut pas dire la mise en oeuvre d'une démocratie participative à l'échelon national, cela deviendra ingérable de synthétiser l'avis des 47 millions d'électeurs... Chaque Français est une France à lui tout seul !
    • La majorité fera toujours son travail de proposer les réformes qu'elle juge utile et les électeurs seront consultés à l'aide d'une plateforme nationale de vote par internet qui leur proposera des sondages ou des questions avec le choix des réponses préétablies
    • L'objectif est bien de consulter les 47 millions d'électeurs français , pas seulement un panel de 1000 personnes ! C'est pourquoi la plateforme numérique de consultation nationale se basera sur les listes électorales.
    • L'enjeu est de faire apparaitre la majorité silencieuse (celle qui ne manifeste pas) des électeurs qui ne sont pas contre une réforme pour contrer la minorité qui manifeste dans la rue !

     

    Quelques vieilles recettes toujours valables !

    L’exemplarité des responsables politiques qu’il faudrait toujours renforcer pour améliorer leur crédibilité donc l’acceptation de leurs réformes…

    • Comment promouvoir les sacrifices à faire si on ne renforce pas l'exemplarité de nos responsables politiques ? Sans pour autant vouloir laver plus blanc que blanc !
    • Faire signer un pacte d'exemplarité aux élus serait une bonne idée ! Le plan Exemplarité est là pour ça...

    Retour au menu précédent

    v1 (6/09/13), v1.1 (15/11/13),v1.2 (09/01/14), v1.3 (2/02/14), v1.4 (28/11/14), v1.4(20/05/14),v1.5(25/08/15),v1.6(12/04/16), v1.7(2/06/17)

  • Quelques réformes nécessaires

    Voici quelques réformes que je qualifierais de politiquement incorrectes et sans tabou, pourquoi ?

    Je demande simplement des efforts aux Français ! Mais cela me semble inévitable pour redresser l'économie du pays et revenir à l'équilibre des finances publiques.

    Malheureusement la France ne peut s'en sortir seule à l'heure de la mondialisation, elle aura besoin de la zone euro et de sa création monétaire, de belles négociations en perpectives avec nos amis européens , mais c'est à mon avis le seul moyen d'exister durablement face à des puissances économiques comme la Chine et les USA...

     

    Le social :

    Le pays n'a plus les moyens de se payer ce niveau de protection sociale pour le moment  ! Il faut réduire les dépenses le temps de retrouver une croissance durable, cela passe aussi par une refondation du marché du travail.

    Quelques axes de réformes sociales réduisant notre protection, elles ne sont pas évidentes à faire passer :

    • Réduire les dépenses de santé tout en encadrant  des industries pharmaceutiques, il est temps de se poser des questions sur l'augmentation de l'espérance de vie car la France vieillit et les dépenses de santé des retraités augmentent... Mais humainement je n'aime pas ça !
    • Redresser la France est l'affaire de tous !  Même les retraités sont concernés, ils devront faire des efforts pour ne pas compromettre l'avenir de leurs petits-enfants et pourquoi pas le droit de mourir dignement à partir de 80 ans ? Je n'aime pas ça aussi mais aura-t'on vraiment le choix dans quelques années ? 
    • Réduire légèrement toutes les aides sociales diverses et revoir notre politique de natalité ! A quoi ça sert de faire trop de gamins si c'est pour alimenter le chômage des jeunes ?
    • Diminuer les charges sociales des entreprises et redynamiser le marché du travail, pas évident de trouver les bons réglages ! Trop réduire les charges sociales des entreprises pèsera sur le pouvoir d'achat des salariés donc sur la croissance, pas assez impactera la compétitivité des entreprises donc également la croissance...

    Redonner un peu de pouvoir d'achat aux ménages, c'est possible  ! Cela compense un peu les sacrifices sociaux à faire  !

    • Principalement quatre domaines clés (l'alimentation de base, le logement, le transport et les énergies) représentent globalement les dépenses incompressibles des ménages.
    • Il est difficile pour les ménages de comprimer ces dépenses, surtout pour les plus pauves, il reste à l’Etat de faire un peu d’interventionnisme pour les contrôler ou les réguler.

     

    L'économie :

    Où se trouve la croissance durable qui permettrait d'équilibrer nos finances publiques et d'assurer les investissements nécessaires à la compétitivité de notre économie ?

    Je ne l'ai pas encore trouvée, je l'attends toujours depuis le début des années 2000 !

    Ne jetons pas la pierre sur tous les gouvernements de gauche ou de droite qui se sont succédés, les méthodes classiques ne donnent pas suffisamment de résultat pour contrer la mondialisation et les dérives du capitalisme financier.

    Voici quelques réformes économiques sorties de mon imagination débridée :

    • Orienter le comportement des clients , je veux dire des consommateurs pour les pousser aux achats de produits locaux en priorité, les entreprises relocaliseront pour s'adapter aux besoins de leurs clients, ce n'est pas plus compliqué que cela et pourtant !!
    • C'est aussi leur faire comprendre que la consommation de masse est dépassée, qu'il vaut mieux acheter moins pour favoriser des produits locaux souvent plus chers.
    • Commencer à maitriser les gains de productivité que la Finance a tendance à vouloir voler au détriment de l'innovation et des investissements à long terme, il faudrait plus de transparence et de nouveaux indicateurs affichant le rapport innovation sur rentabilité.
    • Quant à la Finance, elle a perdu la tête et les pays sont obligés de s'endetter pour sauver leurs banques, on peut renforcer la régulation et aussi mettre en place un système bancaire parallèle pour booster les investissements dans l'économie réelle.

     

    Tenir les dépenses publiques :

    Le retour à l'équilibre des finances publiques : C’est mon plus vieux objectif, ( déjà en 2008), ça reste toujours vrai pour l’avenir de mon pays , il faut inverser la tendance car plus de 40 ans de déficits publics génèrent de mauvaises habitudes dont il est difficile de se débarrasser par la suite…

    Il n'existe pas 36 solutions sans augmenter les impôts, il faut réduire les dépenses publiques avec plus de flexibilité dans le statut des fonctionnaires pour mieux moderniser les trois administrations (Etat, Territoires et Santé)

    Les privatisations ne sont pas forcement une bonne solution pour maintenir la qualité et la sécurité du service public.

     

    La démocratie consultative : ou comment réformer efficacement en France ?

    Exemplarité,plateforme de consultation des électeurs, tableau de bord de la France...

    Renforcer l'exemplarité car réformer en profondeur nécessite plus de crédibilité de nos responsables politiques, nous n'en prenons pas le chemin pour le moment, la montée des extrèmes le prouve !!

    Soumettre chaque réforme "dure" à  la plateforme de consultation des 47 millions d'électeurs, elle est la clé de voute pour bénéficier de leur ressenti et ainsi pouvoir dégager une majorité (silencieuse) capable de supporter cette réforme par rapport à la minorité qui manifeste dans la rue son mécontentement ! L'enjeu est de faciliter l'application des réformes...

    Le tableau de bord numérique de la France informera les Français sur la santé de leur pays, il rassemblera les principaux indicateurs dans une présentation simple et donc compréhensible par tous. Ce tableau devrait aider les Français à mieux comprendre les enjeux des réformes.

     

    La politique extérieure : l'Europe indispensable à la France !

    La France ne peut vivre isolée face aux grandes puissances comme les USA ou la Chine, la France a besoin de l'Europe ou au moins de la zone euro pour bénéficier de la puissance économique de ses 330 millions d'habitants.

    La zone euro a besoin de plan de relance financé par la BCE , la France ne peut plus le faire elle-même sans aggraver son endettement déjà très élevé !

    • Retrouver une croissance durable ne peut se faire sans un plan de relance de la zone euro pour son économie réelle, il s'agit de financer les investissements et l'innovation...
    • Cela n'empêche pas de continuer le retour à l'équilibre des finances publiques.

     

    Une réforme globale : le paquet croissance durable 

    Le paquet croissance durable est un puzzle de réformes qu'il faut assembler correctement pour retrouver une croissance durable, il agit sur les domaines de l'économie, du social et de la politique, on n'est évidemment pas dans le cadre d'une politique à la petite semaine...

    Un ensemble de réformes coordonnées pour plus d'efficacité, il est clair que l'on n'agit pas sous le coup de l'émotion, mais plutôt dans la consultation planifiée des Français avec l'aide de nouveaux outils démocratiques formant la "démocratie consultative".

    Pourquoi ? Certaines réformes demanderont plus de souplesse dans la règlementation comme celle du marché du travail , d'autres demanderont un interventionnisme de l'Etat plus poussé face à la spéculation.

    D'autres demanderont une évolution du comportement des Français surtout dans leur mode consommation pour faciliter la relocalisation de la production en France et en zone euro.

    Ce sera difficile ! C'est sûr, mais c'est jouable..

     

    Promouvoir le capitalisme fédérateur :

    C'est l'internationalisation du "paquet croissance durable", la plupart de ses principes peuvent être appliqués par les pays à tendance libérale.

    Il remplacerait de façon avantageuse le capitalisme financier car les investisssements et l'innovation à long terme seront privilégiés par rapport à la profitabilité à court terme.

    La mondialisation ne serait pas remis en cause, mais aurait un visage différent avec des échanges de produits plutôt personnalisés contrairement à ceux standardisés à outrance qui respectent la productivité et la rentabilité à court terme.

    Retour au menu précédent

     v2.1 (21/09/14), v2.2 (30/03/15), v2.3(19/09/15), v2.4 (2/06/17),v2.5(09/08/17)

  • L'agilité RH

    28 années de salariat derrière moi !

    A plus de 52 ans , ma carrière professionnelle est aux deux tiers derrière moi ! Cela donne du recul...

    Je n'ai connu que le salariat (le CDI), c'était mon choix et finalement  je ne le regrette pas même si j'aurais pu mieux faire... La dernière année s'est terminée brutalement en 2015, j'en ai fait état sur mon ancien blog ACE 2.0 dont je reprend ici les principes de l'agilité professionnelle.

     

    L'agilité professionnelle des salariés pour contrer la précarité du travail

    L'avenir , c'est l'agilité du salarié sur le plan professionnel , j'en suis persuadé surtout face à l'assouplissement de la législation du travail qui tend à le dynamiser.

    Tout le monde parle aujourd’hui d’agilité, les informaticiens avec leur développement agile, les entreprises veulent devenir agiles en assurant la promotion de l’intelligence collective, le consommateur se veut maintenant agile obligeant le commerce à se transformer en un commerce agile lui aussi !

    L'agilité concerne tous les salariés, quelle que soit leur situation professionnelle ou leur qualification, même en congé ou en arrêt maladie ! Elle leur servirait d’aide permanente à la décision pour définir et atteindre  leurs objectifs professionnels, elle renforcerait leur adaptabilité donc leur mobilité avec une résistance moindre au changement.

    Elle renforcerait leur capacité d’anticipation afin de diminuer le risque de se retrouver dans des situations fâcheuses (licenciement, plan social…).Elle renforcerait le dynamisme du marché du travail et diminuerait l'impact du mot "précarité" sur leur moral...

    Reste aux 23 millions de salariés à devenir « agiles » sur le plan professionnel pour suivre le mouvement.

    Retour au menu précédent

    V1 (23/10/16)