Infos auteur

Qui suis-je ? Un sénior de 59 ans optimiste et rêveur qui croit au futur de l'humanité sur Terre et dans l'espace !

Etant gamin, j'ai toujours rêvé de me balader dans l'espace, j'avais souvent la tête dans la Lune avec mon imagination débordante ! Malheureusement, mes fusées en Lego ne partaient pas dans l'espace, elles s'obstinaient toujours à revenir vers le sol.

Alors la conquête de la Lune, "Star Trek" et "Star Wars" m'ont permis de rêver encore plus et de me libérer enfin de cette fichue gravité terrestre grâce à la TV. Mais je n'étais physiquement pas fait pour être pilote d'avion de chasse et encore moins cosmonaute. La démocratisation de l'informatique des années 80 représentait l'avenir, j'ai suivi le mouvement et je ne le regrette pas 30 ans après.

Durant toutes ces années, j'ai toujours gardé un petit coin de conquête spatiale dans ma tête bien que la beauté de la nature m'impressionnait de plus en plus en vieillissant, on a envie de la protéger davantage face aux fléaux comme la pollution.

En 2013, je me suis essayé à l'écriture de roman d'anticipation : "les virusés", un virus qui peut modifier le comportement des humains en agissant sur le cerveau, un virus bienfaisant et terrifiant à la fois ! Cette expérience a été intéressante et éprouvante, il est difficile de faire vivre des personnages fictifs. Au fait, rien à voir avec la COVID 19.

En 2015, apparait une réflexion sur " l'âge d'or de l'humanité" qui aurait lieu dans un millénaire en pleine conquête spatiale (système solaire et même plus loin...), c'est le début d'une grande évolution de l'humanité sur Terre et dans l'espace, sa mentalité va aussi évoluer dans le bon sens. On voit apparaitre l'ONU dans un rôle plus prépondérant mais encore loin du niveau imaginé actuellement. L'avenir de l'humanité à moyen terme me passionne de plus en plus sans le définir par rapport aux films de science-fiction.

A partir de 2019, c'est aussi l'avenir à très long terme de l'humanité (jusqu'à la fin de la Terre habitable dans 500 millions d'années) qui me préoccupe, cette fin m'insupporte. Espérons que l'humanité n'aura pas attendu la fin de la Terre pour se développer dans la Voie Lactée en emmenant avec elle les autres espèces vivantes et leur habitat.

En 2022, trois ans que l'avenir de l'humanité me perturbe toujours autant, plus j'y pense plus je suis convaincu qu'il faut commencer le plus tôt possible à s'en préoccuper !

Depuis trois ans, la futurologie est devenu mon domaine de prédilection, il ne s'agit pas de prévoir ce qu'il va se passer mais plutôt d'imaginer des futurs selon son expérience, son ressenti et ses convictions. Futurologue amateur est ce qui me caractérise le mieux aujourd'hui à l'aube de la retraite professionnelle. La plus grande partie (plus de 27 ans) de mon activité professionnelle d'informaticien étant derrière moi, perdre de la crédibilité à cause de mon activité en futurologie ne me rebutera pas ni aujourd'hui ni demain.   

L'ONU devient vraiment la pièce centrale de mon raisonnement pour assurer la paix et la prospérité (sur Terre et dans l'espace) entre les civilisations. D'autant plus que de futures espèces humaines descendantes de la nôtre se rajouteront dans l'arène, ce sera alors encore plus difficile de pacifier l'humanité même si les distances entre les implantations humaines seront de plus en plus grandes.

En 2023, je consacrerai plus de temps à la futurologie, construire un futur pour l'humanité et la vie me semble de plus en plus important pour redonner confiance aux populations 

Mon projet est utopique pour le moment, mais au fur et à mesure que les catastrophes s'enchainent, le besoin d'argent augmentera largement pour lutter au moins contre les impacts du réchauffement climatique. Cette refondation financière de l'ONU intéressera de plus en plus les dirigeants, leurs populations et finira par atterrir dans la réalité. J'en suis convaincu !

Mes idées sont du niveau de conversations passionnées de bar où l'on refait le monde pour les prochaines 500 millions d'années

Mon imagination, mon sens de l'observation, ma bonne dose de naïveté, ma dose de folie et mon expérience de sénior me permettent de me projeter très loin sans pour autant remettre en cause tous les principes qui gouvernent l'humanité depuis sa naissance.

Actuellement, la science fiction m'ennuie un peu, on y raccourcit trop souvent les distances entre planètes pour qu'une histoire tienne dans la durée d'un film, résultat il faut largement dépasser la vitesse de la lumière pour voyager parfois même instantanément ? Est-ce raisonnable d'imaginer le futur ainsi ? Et si on prenait le temps de voyager en faisant des étapes comme du temps de la conquête de la Terre par l'homme moderne ?

Parfois, j'ai l'impression qu'il vaut mieux être un peu naïf et ignorant pour se projeter dans le futur lointain, trop de connaissances peuvent ralentir la progression en se focalisant trop sur les plus proches obstacles à surmonter.

"Mieux vaut se construire un futur que de le subir" pourrait être ma devise. Cela oblige à progresser dans ses réflexions pour imaginer un futur utopique (malgré ses incertitudes) qui ne soit pas à des année-lumières de la réalité. 

Pourtant l'expérience et les connaissances scientifiques de l'humanité sont vitales si on veut avancer dans le futur tout en corrigeant les erreurs du passé. Aller dans la bonne direction demande de trouver un équilibre entre connaissance, naïveté, intuition et adaptabilité. C'est très difficile à réunir et j'en suis très loin, qui pourrait m'aider ?

Progresser en sortant progressivement du cadre amateur pour devenir beaucoup plus crédible dans les années qui viennent est mon principal objectif !

 

Contact

Philippe ORTOLAN, habitant Châtillon (92320)

Mes profils :

Facebook  Twitter (@PhilippeOrtolan)  LinkedIn 

 

v2.1(17/08/22),v2.2(13/09/22),v2.3(27/10/22),v2.4(14/11/22),v2.5(31/12/22),v2.6(24/01/23)