Europ Tech

L'existence d'un plan stratégique élaboré par l'UE est vitale pour concurrencer un GAFA

L'aide des institutions européennes est vitale pour accompagner la croissance d'un nouveau réseau social qui se développerait en Europe dans les premières années de son existence. On ne peut vouloir se mesurer longtemps face à un géant de type GAFA si l'on ne dispose pas d'un soutien officiel.

La puissance financière de Facebook est telle qu'il ne peut être concurrencé sans l'aide des institutions européennes !

Sa capacité d'investissement est énorme et comment lui résister tout en se développant à côté ? Il est capable d'investir plus d'un milliard de dollards dans la construction d'un datacenter en Asie! Difficile pour une startup naissante (et même après quelques années d'existence) de s'y frotter, les écosystèmes classiques des startups dans les pays européens ne sont pas calibrés pour investiir autant que Facebook. La course à l'armement technologique et à l'expérience utilisateur sont perdues d'avance face à ce géant qui n'a pas besoin d'aide des Etats pour avancer en complète autonomie financière.

Quelle stratégie pour une startup voulant concurrencer Facebook sans se faire racheter à terme ?

Difficile d'en trouver une ! Ceci dit, c'est déjà une grande réussite pour ses fondateurs d'arriver à intéresser ces géants qui sont prêts à débourser des sommes folles pour s'accaparer une pépite. Mais pour ceux qui veulent rester indépendants, à moins d'être des génies visionnaires, leur startup ne peut rester qu'en mode survie.

Une stratégie efficace : un plan stratégique mise en oeuvre par les institutions européennes dans le domaine des réseaux sociaux

Les institutions européennes pourraient décider d'un plan visant à reconquérir le domaine des réseaux sociaux, il comprendrait la création d'un écosystème européen de startups (Europtech) pour fédérer les startups qui voudraient partager leur feuille de route sous la forme d'un consortium européen. Le principe de la chasse en meute ne date pas d'aujourd'hui, certains animaux le pratiquent depuis la nuit des temps, alors chasser en meute les parts de marché d'un géant peut largement s'avérer payant à condition de bénéficier d'une bonne cohésion.

Ce plan nécessite aussi un financement européen digne de ce nom, pouvoir investir lourdement est primordial pour assurer la montée en puissance d'un regroupement de startups même dans des moments difficiles où tout n'est pas évident face à un géant qui ne va pas rester les bras croisés. Plus d'un milliard d'euros d'investissement seraient sans doute nécessaire durant les cinq premieres années d'existence sans que la rentabilité du consortium soit atteinte. Un tel risque ne peut être assumé que par l'Europe elle-même.

Berf, vouloir concurrencer Facebook passe par une intervention des institutions européennes pour élaborer une stratégie doublée d'un financement et cela dès le début de l'aventure.